LA TANNERIE

Depuis le XIème siècle

La tradition du travail des tanneries en Haute-Vienne remonte au XIème siècle. La tannerie Bastin & Fils à Saint-Léonard-de-Noblat témoigne ce passé florissant (1892). J.M. Weston s’attache à la préserver et la développer.

Pour toute visite (scolaires ou touristiques), le site peut se visiter en contactant le Pays d’Art et d’Histoire Monts et Barrages (sur réservation). Pour plus d’information, http://www.monts-et-barrages-en-limousin.fr/index.php?id=fr13

Le site du Moulin Follet au début du XXème siècle.

Du tan et du temps

Nos cuirs sont tannés en utilisant uniquement des tanins végétaux, le châtaignier et le quebracho, suivant les anciens principes « du Tan et du Temps ». Nous utilisons aussi de l’écorce de chêne. 10 à 12 mois sont nécessaires pour fabriquer un cuir estampillé Bastin & Fils. Notre processus unique passe par quatre grandes étapes : le travail de rivière, le tannage, le corroyage et la finition au marteau.

Un artisan tanneur coupe les croupons en deux avant la mise en fosse.

Le travail de rivière

Il a pour but de préparer les peaux brutes au tannage. Ainsi, différentes étapes, dont le passage dans un foulon semblable à un tonneau en bois, vont permettre de nettoyer les peaux afin de permettre la pénétration des tanins.

Les peaux sont plongées dans de l’eau puisée dans la rivière.

Le tannage

Notre tannage se singularise d’abord par sa réalisation en basserie plutôt qu’en foulon et par le passage en fosse : suspendues à des barres en bois, les peaux sont trempées dans une succession de bains d’eau et de tanins. Cette étape seule dure 80 jours, puis pour laisser encore une fois le temps œuvrer, nous les plaçons dans des fosses extérieures, séparées par des écorces de chêne broyées, et ce pendant 8 longs mois.

Les peaux sont trempées dans 9 à 13 bassins contenant un mélange d’eau et d’extraits de tanins végétaux.

Le corroyage

Une fois les peaux tannées, nos artisans réalisent plusieurs opérations qui permettent d’améliorer la qualité et l’aspect du cuir. Les peaux, devenues cuirs, sont essorées et contre-écharnées, puis nourries à l’huile en foulon avant d’être aplanies grâce à une dérideuse, et séchées.

Nos foulons sont en iroko, bois de qualité qui n’absorbe pas l’huile introduite pour nourrir les peaux devenues cuir.

La finition

Le cuir suit ensuite l’étape du battage, travail lent et minutieux qui demande un grand savoir-faire. Nous sommes l’une des deux dernières tannerie à réaliser cette étape qui permet de rendre les cuirs plus étanches, résistants et brillants. Nous effectuons ensuite un contrôle qualité au cours duquel les cuirs sont inspectés et triés.

Une heure est nécessaire pour battre 7 peaux. Le battage est un travail minutieux qui rend le cuir plus résistant.